15 leçons de vie que j’ai apprises grâce à Breaking Bad

Breaking bad, c’est la série qu’il faut avoir vu ces dernières années. Du suspens, de l’émotion, de la drogue, des flingues, tout ce qu’il faut pour faire une série qui claque. Vous n’êtes toujours pas convaincu ? Laissez-moi vous montrer en 15 exemples ce que cette série m’a appris !

On en a tous entendu parlé de Breaking Bad. Que ce soit pour l’histoire originale, le suspens intenable, ou encore pour la prestation exceptionnelle de Bryan Cranston, Breaking Bad est LA série qu’il faut avoir vu ces dernières années (avec Game Of Thrones, bien sur.) J’ai découvert cette série peu de temps après la sortie de son dernier épisode, et sans me faire spoiler (je ne sais pas comment j’ai fait d’ailleurs), j’ai pu la dévorer du début à la fin sans interruption. LE BONHEUR. Parce qu’une fois que j’avais commencé, impossible de m’arrêter.

Et oh ! Joie ! Le spin-off Better Call Saul, inspiré du personnage de l’avocat, s’annonce tout aussi bon que cette superbe série ! Seulement deux épisodes sont sortis pour le moment, mais je ne demande qu’à en avoir plus… ! Ainsi, à cette occasion, voici 15 leçons de vie - plus ou moins honnêtes - que j’ai apprises en regardant Breaking Bad. Et tout d’abord, que…


Qu’un prof de chimie peut être plus dangereux qu’un mafieux



Qu’on peut (presque) tout faire grâce à la science



Qu’il y a des moments où il vaut mieux se taire, et disparaître





Que pour calmer ses nerfs, rien ne vaut un bon vieux lancé de pizza !




Qu’il faut se méfier des vieux messieurs qui s’expriment à l’aide d’une cloche




Qu’on peut être vulgaire n’importe quand, du moment que c’est justifié




Qu’être TRÈS persuasif, ça s’apprend




Que chacun utilise son argent comme il l’entend




Qu’il faut se méfier de l’eau qui dort




Qu’en arrêt maladie, on peut se mettre à avoir des passions assez étranges




Que même si on est en tord, parfois, on n’a pas à se justifier



Qu’une mouche peut vous flinguer une journée



Qu’on peut être très dangereux, même en slip



Que Breaking bad, au final, ça déchire.

Jacques Brel, Ne ma quitte pas
Ne me quitte pas
Du beau, du bon, du gratuit
Likez-nous sur facebook
ou on ferme le site