L'interview qui abuzze : Peter Peter, tu préfères le sexe, la drogue ou le rock'n'roll ?

A l'occasion du Prix Talents W9 qui aura lieu ce soir à la Cigale, à Paris, Les Filles Abuzzent sont parties à la rencontre de l'artiste montréalais Peter Peter. Et on en a profité pour de lui poser tout plein de questions bizarres !

Peter Peter. 30 ans. “Un Québécois à Paris” pour les uns, un artiste unique pour les autres. Sur sa page Facebook, il se présente comme un auteur de “chansons tristes”. Il faut dire qu’il a fait de la tristesse son moteur créatif. Son deuxième album (le premier sorti en France) “Une version améliorée de la tristesse” parle d’ailleurs de lui-même. De tristesse, de mélancolie, des filles, d’ivresse aussi. Ses paroles tristes se posent sur des mélodies mélancoliques où guitares électriques se mélangent avec le “saxophone” qu’il qualifie lui-même d’un peu ringard. Le mélange fonctionne.

La pop mélancolique du beau jeune homme a réussi à faire chavirer les cœurs des Canadiens et des Français (pas que ceux des filles). En attendant la préparation d’un troisième album, Peter Peter achève la promotion de la plus belle des façons : il est l’un des finalistes du Prix Talents W9. On l’a rencontré dans les coulisses de la cérémonie et on en a profité pour lui poser tout plein de questions bizarres !

Jacques Brel, Ne ma quitte pas
Ne me quitte pas
Du beau, du bon, du gratuit
Likez-nous sur facebook
ou on ferme le site