Après les tutos beauté, les tutos pour avorter : la campagne choc d'une ONG chilienne en faveur de l'avortement !

Afin de pousser le gouvernement chilien à légaliser l'avortement thérapeutique dans le pays, l’ONG Miles a mis en ligne mi avril dernier trois vidéos dans lesquelles des femmes expliquent à la façon d'un tutoriel comment avorter de manière "accidentelle". Une campagne choc qui a permis d'ouvrir le débat dans le pays !

Après les tutos beauté, les tutos pour avorter ! C’est l’angle d’attaque qu’a choisi l’ONG chilienne Miles afin de dénoncer les 70 000 avortements clandestins que l’on compte chaque année au Chili. Dans le cadre de sa campagne, Miles a mis en ligne mi avril dernier trois vidéos dans lesquelles des femmes enceintes expliquent comment avorter de manière “accidentelle”.

Des faux tutoriels visant à dénoncer le fait qu’aujourd’hui dans le pays, avorter de manière accidentelle est la seule manière qu’ont les Chiliennes d’interrompre une grossesse sans devoir rendre de comptes à la justice. Car comme l’indique l’ONG à la fin de chacune des vidéos, “Au Chili, un avortement accidentel est le seul avortement qui n’est pas considéré comme un crime”. Celle-ci ajoute ” Le congrès chilien discute actuellement d’autoriser l’avortement. Supportez le projet de loi et mettez fin à la discussion”. Une référence au projet de loi de la présidente socialiste Michelle Bachelet, visant à autoriser l’avortement thérapeutique dans certains cas, rapporte Les Inrocks.

“Nous savons que c’est une campagne forte mais elle correspond absolument à la réalité du Chili, car les femmes sont capables de faire n’importe quoi dans la solitude et l’angoisse auxquelles ces cas peuvent les conduire, et sans aucune aide”, explique la directrice de l’ONG, Claudia Dides, dans un communiqué. Particulièrement violente, la campagne a été largement relayée sur les réseaux sociaux et a permis de susciter un débat d’envergure nationale dans le pays.


Jacques Brel, Ne ma quitte pas
Ne me quitte pas
Du beau, du bon, du gratuit
Likez-nous sur facebook
ou on ferme le site