En Chine, on cache les seins et les décolletés trop plongeants

Cachez donc ce sein qu'on ne saurait voir ! Au pays du soleil levant, les poitrines et les décolletés sont si gênants pour la morale qu'on préfère les cacher. Bienvenue en 2015.

Non, tu ne rêves pas. On n’est bien en 2015. Et, en Chine, on interdit les décolletés et les poitrines trop visibles. A ce qu’il paraît, c’est choquant. En décembre dernier, la chaîne Hunan TV diffusait la série historique “L’impératrice de Chine”, une superproduction chinoise qui retrace la vie de l’unique impératrice dans l’histoire chinoise, Wu Zetian (interprétée par l’actrice Fan Bingbing). Mais une semaine après son lancement, la série est déprogrammée pour “raisons techniques”. Pas d’explications supplémentaire. Janvier 2015. La série refait son apparition, mais quelque chose a changé. Le feuilleton revient, en effet, après un lifting massif. Des scènes recadrées en très gros plan de sorte qu’on ne puisse plus apercevoir les décolletés plongeants des actrices qui, portent pourtant des costumes d’époques.

L’Administration d’état a refusé de commenter cette censure. Sur internet, on s’offusque. Evidemment, ce sont les seins des actrices qui posent problèmes. Les ciseaux et liftings chinois sont, en général, politiques et s’appliquent aux scènes de nudités, actes sexuels et séquences violentes… Un décolleté trop plongeant est donc assimilé à un acte érotique insoutenable pouvant choquer la morale ? On n’y croit pas. D’ailleurs des femmes ont même lancé une campagne sur la plateforme de microblogging Sina Weibo et Twitter où elles apparaissent avec un pigeonnant décolleté histoire de montrer l’absurdité de cette censure.

Jacques Brel, Ne ma quitte pas
Ne me quitte pas
Du beau, du bon, du gratuit
Likez-nous sur facebook
ou on ferme le site