#TwitterAgainstWomen le tag contre le cyberharcèlement

Le collectif Féministes contre le cyberharcèlement a lancé dimanche dernier un hashtag pour inciter Twitter à supprimer des centaines de tweets sexistes et misogynes, certains incitant même à la violence. Dans son communiqué, le collectif dénonce le "laxisme" de la plateforme, qui incite même à "la culture du viol et la normalisation de la violence misogyne et raciale". Pour lire l'article, scrollez sous la très intelligente vidéo de Rose Carpet sur la réalité du cyberharcèlement.

Selon un rapport de l’Union Européenne, une femme sur dix de plus de 15 ans a déjà été victime de cyberharcèlement et les victimes sont souvent très jeunes. Chaque jour, des centaines de tweets sexistes et misogynes sont publiés sur Twitter. Le collectif Féministes contre le cyberharcèlement dénonce la lenteur du réseau social à supprimer des tweets injurieux et a lancé une campagne avec le mot clé #TwitterAgainstWomen (Twitter contre les Femmes).

Le manque de réactivité de la plateforme permettrait de cultiver la culture du viol en laissant diffuser des images destinés au cadre privé dans l’espace public. Et les conséquences pour les jeunes femmes sont bien réelles : dépression, isolement, tentative de suicide…

Le mot clef #TwitterAgainstWomen est devenu l’un des plus populaires ces derniers jours. Et de nombreux utilisateurs du réseau social se servent du tag pour partager des tweets sexistes voire clairement violent envers les femmes.

On rappelle que diffuser des images sans le consentement de leur auteur est passible d’une peine de six mois de prison et de 22 500 euros d’amende

Jacques Brel, Ne ma quitte pas
Ne me quitte pas
Du beau, du bon, du gratuit
Likez-nous sur facebook
ou on ferme le site